Contenu principal

Zénitude en altitude, dans un buron

Par catherine levesque

Nichés sur les hauteurs de la vallée de Brezons, un buron et une grange du XVIIIe siècle ont été transformés en un lieu empreint de sérénité dédié au yoga, au qi gong et à diverses activités. Ressourcement garanti à l'Ermitage de Grandval, dans un environnement bienveillant, propice au recueillement et à la randonnée.

Psychologue de formation, Dominique Mérigot a mis à profit sa retraite pour restaurer les vieux burons comme des âmes blessées : avec patience et respect. Auvergnat de souche, ce grand randonneur vit avec sa compagne, Olivia Guéroult, à Sanissage, à un kilomètre de cet ermitage, à l’extrémité de la vallée de Brezons où, adjoint au maire, il contribue largement à l'amélioration des sentiers de randonnée.

 

Olivia, formatrice et consultante dans le champ social, professeure de yoga, anime pour sa part l’association l’Ermitage de Grandval créée avec une poignée d’ami(e)s pour faire de ce lieu un espace de ressourcement.

 

Méditation, yoga et randonnée

A partir de l’ermitage, on grimpe au Plomb en une heure et demie environ en passant par le col de la Tombe du Père, en haut du cirque de Grandval. Ce col donne accès au GR4 et permet de rejoindre le GR 400, qui offre une splendide ligne de crête sur une vingtaine de kilomètres, avec une vue extraordinaire sur l’ensemble des monts du Cantal.
Nulle démarche commerciale dans cet espace paisible, qui n'accueille que des adultes adhérents à l’association comme membres actifs, pour des séjours libres ou des stages de yoga, de naturopathie, d’écriture… ou comme "membres pèlerins" pour deux ou trois jours de randonnée. Ceux qui le préfèrent peuvent adhérer à l’association en aidant aux travaux d’entretien du site. Quelle que soit la formule adoptée, on loge dans une vaste grange d'estive parfaitement remise sur pieds, qui abrite un grand séjour-cuisine, quatre chambres pour trois personnes, des sanitaires et un poêle pour les jours frisquets. Une aventure humaine qui fait coexister intelligemment les nécessités de la solitude et du partage. "Je voulais finir ma vie dans un buron, confie cet homme aux allures d’ermite, membre de l'Association de sauvegarde des  burons. Ce site superbe, situé à l’extrémité haute de la vallée, à 1 210 m d’altitude, sous le plomb du Cantal, m’a été acquis par un hasard étonnant".

 

ermitage-grandval.fr

 

A lire également