Contenu principal

Art roman en hôtes Auvergne

Amateur de culture et de patrimoine, découvrez les trésors de la statuaire romane du Pays d’art et d’histoire de Saint-Flour et de la Haute Auvergne depuis des chambres d’hôtes de charme de la cité épiscopale. Le style contemporain de la maison bourgeoise et l’accueil chaleureux de la maîtresse des lieux mettent en relief l’esthétique épurée des vierges en majesté, des grands christs en bois polychromes et des églises clunisiennes et casadéennes de l’est cantalien.

RÉSERVER

 

 

La Maison d’Adélaïde à Saint-Flour

Fabienne Testu – Rouffiac

04 71 73 96 50 ou 06 78 56 11 73

 

Voyage culturel depuis une maison d’hôtes de charme : détente et patrimoine roman

à partir de 100 € / nuit

 

  • Chambre d’hôtes 4 clés Clévacances
  • Petit-déjeuners copieux et faits maison avec des produits locaux
  • Wifi gratuit et TV écran plat dans les chambres
  • Conseils éclairés : restaurants, boutiques, artisans d’art…

Sur place :

  • Le buste reliquaire saint Pierre de Bredons exposé au musée de la Haute-Auvergne
  • La cathédrale saint Pierre, son grand christ noir et les œuvres de l’orfèvre Goudji
  • Audioguide de visite du centre-ville ancien

Située dans le centre historique de la ville de Saint-Flour, la Maison d’Adélaïde dispose de 4 chambres d’hôtes reconnues Nattitude et labellisées 4 clés Clévacances. Edifié en 1860 par un notable sanflorain, héritier d'une lignée de marchands, le petit hôtel particulier montre une belle façade sur rue de style 1900, entre art déco et art néoclassique. La demeure vient d’être rénovée dans un style contemporain mettant en valeur son architecture bourgeoise.

Facade art déco et salon © Maison d'Adelaïde Saint-Flour

Chaque chambre a son ambiance, sa décoration, sa couleur : sa personnalité incarnée par un prénom féminin ! Au 2ᵉ étage, Louise et Marie permettent d’accueillir un lit d’appoint pour les tout jeunes enfants ; au 3ᵉ étage sans ascenseur, Clothilde propose une baignoire balnéo et Joséphine une belle vue sur les toits de la cité médiévale et la campagne environnante. Vous apprécierez l’accueil chaleureux et les nombreuses histoires locales racontées par Fabienne.

Chambre d'hôte Clothilde © Maison d'Adelaïde dans le centre historique de Saint-Flour

Laissez-vous conter le Pays de Saint-Flour

 

Voir un art sensible et spirituel

A la croisée de grands itinéraires culturels du Conseil de l’Europe, entre sites clunisiens et berceau du fondateur de l’abbaye bénédictine de la Chaise-Dieu, la Haute-Auvergne a conservé nombre de ses idoles médiévales. Les grands crucifix romans polychromes de Valuéjols (15 km) et de Thérondels (48 km) présentent les mêmes traits que le « Beau Dieu noir » de Saint-Flour : yeux baissés, longs cheveux retombant sur les épaules, mains ouvertes, périzonium aux plis réguliers. Egalement du 12ᵉ siècle, les vierges en majesté de Molompize (30 km), Laurie (54 km) et Turlande (37 km) s’offrent, hiératiques, à la contemplation. Sur leur trône avec le regard lointain, ces déesses mères de bois en ronde-bosse ont traversé les siècles. Entre sévérité, sourire et tendresse, leur beauté rustique évoque une spiritualité simple et sensible.

Vierges à l’enfant romanes – de gauche à droite : Turlande, Laurie et Vauclair (Molompize) © G. Franceschi – Archives du Cantal

Voyager vers la paix du Moyen-age

Entre la prestigieuse basilique notre dame d’Orcival et la magnifique abbatiale sainte Foy de Conques, les petites églises romanes du Cantal sont profondément intégrées dans les paysages du plus grand volcan d’Europe. Robustes et massives, couvertes en lauzes, surmontées d’un clocher à peigne, leur nef unique est voutée en berceau. L’austérité des décors et la rigueur du plan nous sont restées. Elles témoignent de la qualité du travail et de l’humilité des communautés qui les ont construites. Le chatoiement des couleurs se devine parfois encore. Dans l’est cantalien, ne manquez pas l’église romane saint-Gall de Roffiac (5 km) avec sa coupole sur trompes et l’église saint-Michel du début du 12ᵉ siècle à Saint-Urcize (50 km) avec son déambulatoire et ses chapelles rayonnantes.

Chevet de l’unique église à déambulatoire du Cantal : saint-Michel à Saint-Urcize © Franck Genestoux - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine – Ministère de la Culture

A lire également