Contenu principal

Vélos verts en dévers

PAR CATHERINE LEVESQUE

S'offrir du dénivelé dans des espaces encore très préservés, c'est l'un des nombreux atouts du Cantal pour les adeptes du VTT. Des circuits roulants, de l'enduro sur le massif, de la descente au Lioran ou de l'itinérance sur le volcan, il y en a pour toutes les disciplines et tous les niveaux.

Il n'y a qu'une chose qui peut arrêter un vététiste : la neige. A l'exception des flocons, la météo pénalise rarement les adeptes de la rando, de l'enduro, du cross-country ou de la descente. "Le volcan cantalien,  c'est une montagne au milieu de la France, résume Vincent Bonnet, moniteur de VTT et accompagnateur en montagne. Dans des espaces encore très préservés, on peut s'offrir entre 600 et 1 000 m de dénivelé, il y en a pour toutes les disciplines et tous les niveaux. On a de la balade autour d'Aurillac, des circuits relativement roulants pour la rando sportive et le cross-country, de l'enduro sur le massif, de la descente au Lioran…"

 

Descentes sur piste ou single track ?

 

L'enduro, c'est la pratique qui monte chez les amateurs ; enfin… qui descend plutôt, puisque seulement 20 % du parcours est consacré à la grimpette. Les spots favoris des amateurs de "single tracks" : le puy Mary, le plomb du Cantal, les puys Griou et Chavaroche. "C'est plus court, plus intense et plus varié que les Alpes, estime Vincent Bonnet. Chavaroche, c'est 35 minutes de portage, 1 000 m de dénivelé et 20 minutes de descente jusqu'à Mandailles !" La descente se pratique quant à elle à la  station du Lioran, où trois stades ont été aménagés, ainsi qu'un free bike park.

 


"Le téléphérique permet de gagner 600 m de dénivelé. Une fois là-haut, je recommande vivement la descente de la voie romaine, mais c'est un niveau rouge, non balisé, donc mieux vaut être encadré." On y trouve également l’école "VTT-MCF Volcan du Cantal" qui encadre des stages de X-country et VTT-enduro. Du côté de l'itinérance, le "Tour du grand volcan" peut se faire en randonnée sportive (on pédale !) ou en enduro. "On recherche alors le pilotage sur des sentiers ludiques. C'est plus technique, on est là pour le guidage, la sécurité et la logistique. Nous accordons également une certaine importance à l'hébergement et à la nourriture, compte tenu des spécialités locales", sourit le vététiste.  Du plateau du vélo au plateau de fromage, combien de vitesses ?

 

Pour plus d’informations sur la randonnée : rando.cantal.fr

 

A lire également