Contenu principal

Pays Gentiane : comme un poisson dans l'eau

Par catherine levesque

L'office de tourisme du Pays Gentiane est le seul de France à avoir mis en place un accueil spécifique pour les pêcheurs. Outre un guide gratuit et téléchargeable, qui recense les meilleurs coins et les hébergements labellisés, il propose des séjours packagés, un blog… et un jeune guide passionné.

Accroupi au bord de la Grande Rhue, Guillaume Vernet lit dans la rivière des choses invisibles pour d'autres. "L'eau est un peu piquée, avec de la matière en suspension", affirme le jeune pêcheur, guide spécialisé à l'office de tourisme du Pays Gentiane, à Riom-ès-Montagnes. D'une main, il capture à la volée un “sedge”, autrement dit un insecte aquatique au nom savant qui constitue la base de l'alimentation de la truite.  Sous les gros cailloux, il garantit la présence de spécimens de 25 à 30 cm. "Plus on va sur la veine principale de la rivière, qui apporte la nourriture, plus elles seront grosses. Du coup, elles se nourrissent moins longtemps et restent cachées la plupart du temps." L'an passé, il se souvient avoir attrapé "une 42". Jargon de spécialiste, quand un carpiste s'exprimera en kilos !

 

Un label d'hébergements adaptés aux pêcheurs

En Pays Gentiane, dans le nord du Cantal, les pêcheurs sont rois. Depuis la mise en place d'une démarche dédiée à leur activité, ils représentent le quart de la clientèle des hébergeurs, qu'ils peuvent sélectionner en fonction d'un label, qui les note de 1 à 4 "truites". "Le "3 truites" marche bien, constate Guillaume Vernet, les horaires sont adaptés au rythme du pêcheur, il y a un local pour stocker le matériel et des sites de pêche à proximité."

Pour parfaire la démarche, le guide recense tous les coins de pêche et les techniques qui y sont praticables, avec le niveau de difficulté et l'accessibilité sur place. Un blog va jusqu'à mentionner les éclosions d'insectes aquatiques pour les pêcheurs à la mouche !

Autre atout des eaux cantaliennes selon Guillaume Vernet : "Il y a très peu de pollution génétique sur la truite fario, qui est très sombre. On l'appelle d'ailleurs "la fille du volcan"." Une fille fort convoitée que l'on peut espérer ferrer du printemps à la fin de l'été.

 

pechezpaysgentianeblog.blogspot.fr

 

A lire également