Contenu principal

Parapente : les monts du Cantal en vol libre

Par catherine levesque

Baptême en biplace, stage d'initiation ou de perfectionnement, ULM, l'école de parapente Thang-Ka est aussi le seul centre du monde à proposer une formation en cage de pilotage. Rencontre avec Yo, moniteur rassurant, et Els, sa compagne.

Parapente_David-FROBERT.jpg

Ils sont dix à tout casser dans le petit hameau de Drills, juste au-dessus de Dienne, 280 âmes. Dont deux d'origine flamande, Yo et Els, qui ont trouvé ici leur "ailleurs". Dix ans après l'ouverture de leur école, Thang-Ka, ces passionnés de parapente ont aménagé leur gîte, en 2008, afin d'accueillir les stagiaires dans les meilleures conditions, y compris les personnes à mobilité réduite. Loué en gestion libre, ce gîte écolo dispose de 4 chambres (12 places) avec chacune une déco propre faite d'objets glanés en voyage – Shéhérazade, Himalaya, la Casbah et la Sahara, façon tente berbère – que jouxtent un salon d'inspiration indonésienne et une belle cuisine équipée. D'où le nom du lieu, "Ailleurs est ici".
"C'est un véritable atout d'être sur place. Le groupe fusionne très vite et les stagiaires se revoient bien souvent par la suite", constatent Els et Yo qui confient avoir eu un "coup de foudre pour la vallée".


Une quinzaine
de lieux de
décollage autour
du puy Mary

Accessible dès 4 ans, le baptême dure de dix à trente minutes. La montée s'effectue en 4 x 4 et les cinq dernières minutes à pied, pour s'échauffer et s'imprégner. Le moniteur explique le déroulement des opérations, présente le matériel… Casque sur la tête, on prend place sur la sellette et on s'accroche à la voile.

Parapente_David-FROBERT.jpg

"On ne saute pas, le vent prend la voile en charge, précise Yo, calme et souriant. Il n'y a rien de violent, jamais de sensation de chute, pas même à l'atterrissage, qui s'effectue en douceur."

En fonction du vent, une quinzaine de lieux de décollage sont possibles autour du puy Mary et dans la vallée de Brezons. "C'est la météo qui décide : on cherche un vent de face, pas trop fort, et de la visibilité. Ici, les pentes sont rassurantes visuellement, les vallées sont larges, on se pose toujours en toute sécurité."

Les stages d'initiation s'effectuent idéalement sur cinq jours. On s'entraîne deux jours et demi au sol, sur le plat d'abord, puis sur une petite pente, puis à un ou deux mètres du sol. "Le premier essai peut avoir lieu le troisième jour. Un moniteur est présent au décollage, un autre sur le site d'atterrissage et le stagiaire, seul, est guidé par liaison radio, explique Yo. Contrairement à une montgolfière, le parapente vole et on peut prévoir son lieu d'atterrissage en fonction de la vitesse du vent et de sa direction."

Conquis par le vol libre ? "On peut faire 100 km quand on maîtrise bien ! On passe alors au cross et on traverse le massif, du puy Mary à Salers ou à Saint-Flour, par exemple." Quelques petits stages de perfectionnement s'imposeront entre temps.

 

thang-ka.com

A lire également