Contenu principal

Musée Pompidou : hommage à l'enfant du pays

Par catherine levesque

Paris a son Centre Pompidou. Montboudif a son musée ! Au nord du Cantal, le village natif du président se situe aux portes de l'Artense, une région sauvage propice à la pêche et à la randonnée.

musee-pompidou-sylvie-favat-cantal-destination.jpg

N'allez pas chercher le musée Pompidou dans sa maison natale. Située face à l'église, celle-ci appartient toujours à ses neveux et nièces. Mais il n'est pas bien loin, car Montboudif est un tout petit bourg où ne perdure que l'activité d'un point Poste, rouvert en 2011 à la mairie, à la faveur du centenaire de la naissance du Président. "Doit réussir" pouvait-on lire sur son bulletin trimestriel de terminale, en 1927. Un avis aussi laconique que prémonitoire, puisque le bon élève, dont les parents étaient tous deux instituteurs à Murat, accéda aux plus hautes charges de l'Etat en 1969. Les vacances scolaires ont ramené régulièrement Georges POMPIDOU dans sa maison familiale, et il a raconté ses étés à la montagne : "Je me plaisais à arpenter ses puys, à pêcher dans les ruisseaux et à nager dans les lacs". Un souvenir plus personnel constitue une précieuse archive de son attachement à sa terre natale : "Je me rappelle une promenade avec ma mère, pendant les vacances, sur le plateau qui domine mon village. Ma mère s’arrêta à un tournant de la route, d’où l’on découvre au nord toute la chaîne du Sancy et au sud les Monts du Cantal et dit pour elle-même - il n’y a rien de plus beau au monde – voilà ce que nous pensons tous, au fond de nous-mêmes".

 

Un musée contemporain
où dominent le noir et blanc

 

"Nous accueillons une clientèle qui a connu l'époque Pompidou, mais aussi des jeunes intéressés par l'Histoire", précise Frédérique Do Santos, à l'accueil du musée. Sobre et contemporain, ce musée en noir et blanc s'ouvre sur deux salles où l'on retrace, au travers de photographies, les relations civiles et politiques de l'homme au sourcil broussailleux, petit-fils de paysans cantaliens qui fut tour à tour Premier ministre, député et président de la République. Bronze, insigne, écharpe, plaque… des objets personnels rendent hommage à cet homme politique proche du Général de Gaulle, dont on approfondit le brillant parcours dans une vidéo de 25 minutes. On doit notamment à cet agrégé de lettres le Musée d'art moderne de Paris, qui porte son patronyme, mais auquel le nom de Beaubourg a volé la vedette ! Plus prosaïquement, on lui doit aussi le Smic… et sa mensualisation.

 

Musée Georges Pompidou

A lire également