Contenu principal

Mauriac : les vestiges d'un sanctuaire monumental

Par catherine levesque

Face à l'imposante basilique Notre-Dame-des-Miracles, chef-d'œuvre de l'art roman, le monastère Saint-Pierre de Mauriac dévoile ses importants vestiges, mis à jour lors de fouilles. Sa visite permet de découvrir une partie de la galerie du cloître, la salle capitulaire, unique en Auvergne et  d'en observer les réemplois sur les façades alentour...

OT de Mauriac

"On savait qu'il y avait eu un monastère, mais on ignorait ce qu'il en restait", raconte Cathy Chambon, directrice de l'office de tourisme de Mauriac, non sans une certaine émotion.

Dans les années 80, la maison qui camouflait une partie des restes de l'édifice a été vendue,… et le site fouillé, puis classé monument historique. On y trouva les traces d'une église carolingienne du IXᵉ siècle, la galerie Est du cloître et la salle capitulaire aux lignes romanes d’une extrême pureté ainsi que son pavage du XIᵉ. "La ville a racheté petit à petit les maisons autour pour reconstituer l'ensemble des bâtiments claustraux, l’église abbatiale qui mesurait à l'époque 72 mètres et la flèche de sa tour-porche dominait quant à elle à 60 mètres, explique-t-elle devant les colonnes gallo-romaines de la salle capitulaire. Les doubles colonnettes en marbre du noir de la galerie du cloître, elles, sont typiques de l'art roman auvergnat. Des traces de peintures murales ont même été mises à jour."

OT de Mauriac

Un voyage à
travers les
siècles

Fondé au VIᵉ siècle par Théodechilde, la fille (ou petit-fille) de Clovis, puis reconstruit au IXᵉ siècle, le monastère Saint-Pierre vit son église du XIᵉ siècle dévastée à plusieurs reprises, Guerre de Cent ans, Guerre de Religion mais se relevant toujours plus grand, la Révolution signa sa fin. On peine à imaginer qu'elle était deux fois plus grande que la basilique Notre-Dame-des-Miracles, édifiée juste en face, sur la même place.

Lors de la visite guidée, on comprend que les pierres ont participé ensuite à la construction des bâtiments civils voisins, comme l'Hôtel de Ville. Sur les façades alentour, on découvre ainsi avec étonnement des colonnettes et divers réemplois de l'ancien sanctuaire. De vestiges quasi souterrains, on lève les yeux vers le ciel en quête d'anomalies architecturales.

Une approche ludique pour un grand voyage dans le temps !

Informations pratiques

A lire également