Contenu principal

Maison de la Châtaigne : une muséographie qui ne manque pas de piquant !

Par catherine levesque

A Mourjou-en-Châtaigneraie, dans le sud du Cantal, entre Vallée du Lot et volcan Cantalien, le châtaignier est roi. Un écomusée entier lui est consacré, que complète un joli sentier dans les gorges du Haut-Célé. Une visite ludique propice à un pique-nique familial à l'ombre de "l'arbre à pain".

Mourjou, 316 habitants, mais combien de châtaigniers ? Ils sont si présents que ce petit bourg dynamique, au bâti remarquable, s'est vu renommé Mourjou-en-Châtaigneraie, dans cette région caractéristique du sud-ouest cantalien. Afin de pérenniser les objectifs de la Foire de la châtaigne, qui a lieu chaque automne, l'avant-dernier week-end d'octobre, une Maison de la Châtaigne s'y est enracinée façon écomusée dans un site enchanteur.

Outre un "sécadou" (séchoir à châtaignes) et un four à pain, l'ancien corps de ferme abrite un verger, un potager, une ânesse, deux chèvres, des moutons et des poules... L'exposition, très pédagogique, est présentée dans l'ancienne grange et attire 4 000 visiteurs par an. Fil conducteur de la visite, un personnage local, Colette Castanier, raconte le châtaignier sous toutes ses formes : son histoire, sa culture (la castanéiculture), son bois, ses fruits et autres usages (teintures de soie et tannage des cuirs, castagnettes !), qu'illustrent des maquettes et des vidéos.


Une plongée dans les années 1950

 

En contrebas, une fois passé devant le sécadou et l'éplucheuse à châtaignes fraîches, on poursuit la visite dans la maison de Colette, où une épicerie des années 1950 a été reconstituée dans une ambiance occitane. L'occasion de découvrir les principales variétés de châtaignes, puis, dans l'arrière-boutique, les outils de ramassage, comme ces étonnantes chaussures cévenoles hérissées de pointes. Inutile de dire qu'en sortant, vous saurez distinguer sans hésiter le marron de la châtaigne ! Le temps de goûter quelques douceurs (confitures, liqueurs…), une balade digestive s'imposera alors sur le sentier en boucle du Haut-Célé, un affluent du Lot qui abrite des truites et des espèces rares comme la moule perlière, l'écrevisse à pattes blanches. De retour chez Colette, inutile de montrer patte blanche !

 

 

 

 

maisondelachataigne.com

A lire également