Contenu principal

Le plein des sens à la table du Garage

Par THIERRY BOUSSEAU

A Trizac, Dominique Peythieu a converti le garage familial en restaurant de terroir raffiné. Une table dont la réputation ne cesse de s’étendre.

« Les odeurs de cuisine de mon enfance m’ont marquée à jamais ». Née dans une famille de bouchers, Dominique Peythieu a grandi à Trizac dans des effluves de pots-au feu et de boeuf bourguignon mijotés par sa mère. Des émotions culinaires qui lui ont ouvert très tôt les portes du terroir cantalien et de ses richesses. C’est pourtant dans le garage de son père, mécanicien émérite, qu’elle débute sa carrière professionnelle. A l’orée des années 2000, l’idée d’y ouvrir un restaurant finit par s’imposer. Elle franchit le pas en 2009, au prix d’importants travaux d’aménagement. Une amie décoratrice d’intérieur transforme le garage familial en loft convivial tout en conservant l’esprit industriel du lieu: grandes vitres ouvertes sur les toits de Trizac, escalier en fer et palans à chaîne suspendus aux murs.

Carte©Le-Garage

Une cuisine de terroir familiale et exigeante

Sans diplôme ni expérience, l’aventure était loin d’être gagnée. Mais ce petit bout de femme est tenace. Elle tient bon et reste fidèle à son idée première : proposer une cuisine de terroir familiale et exigeante, inspirée par ses souvenirs d’enfance. « J’ai grandi dans l’amour des produits de mon pays et je fais partager ce qu’on m’a transmis. C’est ce qui guide le choix des plats que je mets à la carte », souligne-t-elle.

La soupe au fromage, c’est celle que dégustait son père. La pachade, cette crêpe épaisse typique du Cantal, lui a été transmise par sa mère. Tout comme les choux à la crème et le clafoutis qu’on croirait tombés tout droit du paradis. Assistée de Christiane et Babette, Dominique Peythieu propose une carte où les truites fumées du moulin de Romanange côtoient les charcuteries de Patrick Bornes, le boucher de Trizac, les lentilles blondes de Saint-Flour et le fromage Tradition Salers, le tout arrosé de côtes d’Auvergne de Pierre Desprat.

Petit à petit la réputation du Garage s’étend au-delà du Pays Gentiane. Le magazine Fooding la référence parmi ses meilleures tables et l’hebdomadaire Marianne lui accorde une pleine page dans un article louangeur.

Aujourd’hui on vient de loin pour y déguster tripou, pompe au lard, patranque, chou farci, potée auvergnate ou tarte à la tomme. Des plats auvergnats emblématiques mitonnés comme à la maison !

 

Horaires : Tous les jours, de 12h30 à 13h15 (samedi et dimanche sur réservation) et de 19h15 à 20h30 (sur réservation) ; ouvert sans réservation de juillet à mi-septembre.

facebook.com/pages/Le-Garage-Trizac

Salle-de-restaurant©Le-Garage-

A lire également