Contenu principal

Destannes : la success story de la coutellerie auvergnate

Par catherine levesque

Dans sa "Boutique centenaire", Gérard Destannes produit des couteaux 100 % auvergnats à l'élégance rustique. Avec une nouveauté par an, ce coutelier enthousiaste a su renouveler un art ancestral.

"On est sûr que cette coutellerie existe depuis 1780", affirme Gérard Destannes, arrière-petit-fils du coutelier qui créa l'aurillac. "J'ai relancé ce couteau de poche paysan au milieu des années 1990 en le remettant au goût du jour, puis en diversifiant les modèles." En corne ou en bois, il en vend depuis 10 000 par an dans sa boutique centenaire  et les décline en couteaux de table. "Les pièces sont fabriquées à Thiers et montées chez nous. C'est un produit certifié 100 % auvergnat, une fierté absolue !"

 

En 2008, pour fêter le centenaire de son échoppe située au cœur d'Aurillac, Gérard Destannes a dessiné un couteau ultra-moderne. "L'aurillac du centenaire devait faire la liaison entre passé et futur. On prévoyait d'en vendre cent, on en a vendu 2 000", se réjouit l'artisan, sous le regard complice de son employée, Marie-Claude.

 

 

Une attente digne de la sortie de l'iPhone !

Autre success story, celle du saint-géraud, un prototype imaginé en 2013 à partir d'énormes poutres en chêne issues de la rénovation de l'église dédiée au fondateur de la ville.
"Je l'ai conçu dans l'esprit du couteau qu'il aurait pu avoir au Moyen Age, avec les armoiries d'Aurillac. Dès le premier jour de la vente, on m'en a commandé 130. J'ai découvert l'irrationalité et fait face à une gestion de la pénurie digne d'un iPhone ! Plus de 5 000 demandes n'ont jamais été honorées. J'en ai fabriqué 761."

A l'issue de cette opération, qui a mobilisé exclusivement des emplois locaux, 6 000 euros ont été reversés à la Fondation du Patrimoine pour contribuer à la restauration de l'église. Un morceau de patrimoine en poche, ça n'a pas de prix !

 

coutellerie-destannes.com

A lire également